Déjà un an.
je me revois, mi anxieux, mi impatient, en ce mardi 4 avril 2006.
Première fois que je partais de chez moi pour si longtemps en autonomie.
4 mois m'attendaient, mais je ne savais de quoi il seraient remplis.

je me souviens du premier mois, où j'ai eu un peu de mal à me trouver une place, à prendre mes marques, à m'approprier cette ville.
Puis ce fut le temps des visites, des gens venus me voir et à qui je faisais découvrir la ville, je m'y sentais bien, j'en étais devenu un habitant.
Juin, après un bref détour par Paris, la coupe du monde, les derniers temps d'insouciance avant le grand rush des partiels
Juillet, ou la fin en apothéose et le départ le coeur serré.

Je sais que je ne retrouverai plus jamais ces conditions idéales d'un étudiant de passage, ou comment profiter à fond d'une ville, de pouvoir visiter, de ses avantages sans avoir les inconvénients, puisque simplement de passage, qui plus est l'été.

Mon cerveau me joue aujourd'hui des tours, il ne se souvient plus que des bons moments, pas de ceux où je me sentais vraiment seul, pas de ceux où j'ai travaillé dur pour valider les cours en allemand, mais de tout le reste:

Arrivée et installation
Connaissance teutonne
Visites (Potsdam, Mauer Museum, Brandenburger Tor et tout le reste)
Voyages (Warnemunde et... Cottbus)
Liberté (ou comment apprendre à se gérer seul, vivre à l'allemande, aller en cours en tong)
Flexibilité (mon vélo génial, transports fonctionnant la nuit.. )
Bouffe (ritter sport, knoppers, brot und brotchen, yaourts Müller, pizza Appolo, SophienEck + recettes aléatoires du nain )
Roi du pétrole (pizzas à 4€, demi litre de coca à 80c, vélo à 30€, mega brunch à 8€..)
Soleil et temps idyllique pendant 3 mois
Sport (Futsal, Sommerbad, marche et vélo)
Du fun (billards sympatoches, puzzlefighter)
Découvertes rien à voir (tongan ninja, monlegionnaire, Fouzitou à la tomate, Sakis Rouvas, Youtube, Yahoo voice..)
Evenements (Coupe du monde, Love Parade)
Petit et Méchant évidemment !

Il ne me reste de tout cela que des photos, une sacrée quantité à vrai dire

Non, vraiment, vu ma situation actuelle, je retournerais bien un an en arrière sans hésiter une seule seconde