Hier soir, 22h14 et 20 secondes. Sortie de l'entrainement, course contre la montre et arrivée à la gare 30 secondes trop tard..
Je suis avec mon frère, nous discutons.
Puis je vais vers la gare et je découvre avec horreur que le train suivant n'est pas à 22h44, mais à 23h34 !
Je suis dépité, je ressors quand je croise un homme assez âgé qui accompagne un homme de 35-40 ans environ. Ils se parlent en anglais et visiblement ne savaient pas pour la grève.
Je leur explique, le plus jeune me propose de prendre un taxi, mais nous n'allons pas dans la même direction à l'arrivée.
Le plus vieux propose de nous emmener à un arrête de bus RATP.
Je remarque cependant un accent dans l'anglais très correct du plus jeune. Un accent qui me dit quelque chose. un accent allemand. Je lui demande donc d'où il vient, il me réponds: "I come from Zürich".
je comprends mieux, j'enchaine donc en Allemand, ravi de pouvoir pratiquer cette langue. Il apprécie.
Nous avoilà donc partis avec moi parlant au plus vieux en Français, le plus vieux parlant au plus jeune en Anglais et moi parlant au plus jeune en Allemand !!! Surréaliste.
Nous ratons le bus de peu et nous voilà partis pour 20 minutes d'attente.
Nous sommes seuls désormais, et pouvons nous entretenir en Allemand. les gens hallucinent un peu dans le bus quand nous montons.
Il m'explique qu'il bosse dans le secteur bancaire (je me marre et lui dis: Suisse et banquier, quel cliché). il me parle en tout cas comme si j'étais bilingue (mais parfois dur à suivre, il était minuit et je n'avais rien mangé depuis midi avec un entrainement de rugby dans les jambes), m'expliquant qu'il s'est mis à son compte et qu'il aide visiblement les familles en difficulté face aux banques. ça doit être lucratif, car pour venir de Zurich à Paris juste pour quelques clients, qu'il va voir à domicile en plus..
Au final, avant de partir, il prend mon numéro de tel et m'envoie par la suite ce SMS:
"Hat mich gefreut. Meld dich, wenn du mal nach Zürich kommst. Grüsse, M."
En gros: "C'était sympa, Appelle moi si tu viens un jour à Zûrich"

Bref, une rencontre agréable et impromptue, qui a adoucit un peu cette grève qui m'a fait rentrer à 0h30 chez moi..