On va l'appeler Ricardo de Oliveira (nom inventé)
 
hhttp://photo.parismatch.com/media/photos2/actu/politique/julien-dray-sourire/838519-1-fre-FR/actu-politique-Julien-dray-sourire.jpg
 
Ricardo est un agent dynamique, tout en rondeur, habillé en costard et avec un sourire de bon commercial, tendance jovial.
Ricardo se donne un air de spécialiste mine de rien. Il n'est d'ailleurs pas agent immobilier, il est "conseiller en immobilier", c'est la mention sous la photo qui est sur sa carte qui le dit, le tout accolé d'un logo de l'agence en relief doré. j'ai pas vraiment vu pour le moment la différence avec un agent immobilier normal mais je vais surement être ébloui par la suite.
Ricardo utilise très souvent des termes qui font pro: "dans mon métier", "dans la profession", "c'est typiquement le genre de bien que", "chez nous on appelle ça un 'coup de flingue'", "en tant que spécialiste en immobilier", "vous savez, avec mon expérience de 5 ans dans le secteur".
D'ailleurs Ricardo appartient à une agence où l'on affiche clairement tous les diplômes obtenus par les agents de la boite. En y regardant de plus près, ce ne sont que de vulgaires attestations de stage ou de formations suivies... tu parles de diplômes! Il y a aussi plein de statuettes dorées, un peu comme ces coupes qu'on gagne quand on est petit à la compétition de cross ou au tennis et qu'on affiche dans sa chambre.
Ricardo nous vante son agence: c'est la plus grosse du coin, celle qui vend le plus de biens par mois du coin, celle qui vend les biens super vite: "regardez ces 10 maisons, on les a vendues en 5 jours en moyenne !"
1er rendez-vous, il prend le temps de noter nos critères, nous explique qu'eux, ils fixent toujours le bon prix, jamais sur-évalué, car ils veulent que ça parte vite et bien. Ils ne nous appellera que si c'est LE bien qu'oncherche etc

Appel donc hier, et visite donc avec le monsieur.
En chemin, il meuble en nous parlant du marché de la ville en question "ça a beaucoup augmenté et ça augmente encore", "y'a même un bien mis à prix à 500 000€ que les gens ont acheté 600 000€ !", "les prix suivent ceux de Paris", "tenez, là par exemple, je l'ai vendu".
Arrivé au bien (soit disant à 15 minutes), il nous dit "c'est à 15-20 minutes de la gare, voire 17 minutes". Excellente celle là, on l'avait jamais entendu !
Il nous fait visiter, sans être trop insistant ou bonimenteur.

On veut repartir à pied pour tester la distance de la gare, il nous dit direct "ok, rdv à l'agence, qu'on fasse un petit debrief". Bien joué Ricardo, tu lâches pas l'affaire.
A l'arrivée, on sent que la négo commence: "vous avez mis 18 minutes ? Vous deviez marcher tranquille, pas vite, c'est donc bien à 15 minutes".
Il nous emmène dans son bureau, la porte se ferme.
*tindin*
"Alors?"
"y'a du positif et du négatif"
réponse du tac au tac: "comme dans tout bien et surement celui que vous achèterez"
"oui, certes, donc on a bien aimé ça, ça et ça"
"ok, très bien, et le négatif ?"
" c'est trop loin et c'est super bruyant"
"certes, devant, on entend beaucoup les voitures qui passent sans arrêt, mais derrière la maison, on les entend à peine"
"euh.. si quand même, dommage, car la maison correspond à 80% de nos critères sur le papier"
et là, il sent la faille:
"ah, 80%, c'est pas mal ça, d'ailleurs, souvent quand on arrive à ce pourcentage là, je dis à mes clients qu'ils n'ont pas le choix: ils doivent faire une proposition, sinon, vous vous déciderez jamais, enfin, je dis ça avec ironie, mais n'empêche, vous devriez faire une proposition..
Tenez, par exemple, la dame que vous avez vu qui a visité avant vous, elle est repartie en contre-visite, elle va surement faire une proposition. Elle a fait 3 achats en 2 ans, elle a fait une super plus-value sur un bien acheté cet été. Elle connait la valeur des biens et elle semble intéressée"
réponse cinglante:
"ouais, mais elle achète pour revendre, nous, on achète pour habiter" (et pan !)
"certes, mais bon, vous savez, j'ai un couple qui est comme vous: même recherche, mais budget légèrement supérieur, ils seront surement intéressés"
(oui mais on s'en fout)
"Tenez, pour ne pas avoir de regrets, on peut tenter de négocier et proposer en dessous, disons 15 000€ en dessous. vous proposez aujourd'hui, le vendeur le sait et ça lui laisse le vendredi pour réfléchir. Si vous attendez samedi matin, la journée sera pleine de visite et vous prenez un risque"
(énorme le coup de pression déguisé sous un conseil de sage !)
"non mais en fait, on est pas intéressé, même moins cher; laissez tomber"
"bo, bon ok, je pense avoir compris [qu'il allait pas nous refourguer son bien tout pourri] et ça me permet d'affiner vos critères, je ne vous retiens pas plus longtemps...
Et j'espère à très bientôt vous appeler pour un nouveau bien qui sera le bon"
Ok, donc maintenant, on le connait, la prochaine fois, on écourtera le blabla à la fin..