Depuis un mois et demi, j'ai rejoins la grande congrégation de parents. Le genre de passage que tu crois passager mais qui est définitif. Le genre de plongeon qui te fait basculer dans l'autre camp. 

Un peu du même genre que celui qui te fait passer d'étudiant à "je suis dans la vie active", tu sais que cette nouvelle vie y oblige à faire la deuil de l'ancienne et que tu en prends pour un paquet d'années. 

Une chose est sûre, après le choc initial, il faut un peu de temps a s'y faire. J'ai eu au début une période de flottement, ou on découvre de nouvelles habitudes, et on se prend au jeu. Sauf que ce n'est pas un jeu, on ne rend pas le bébé au bout d'un certain temps: il reste. Par contre il évoluera. 

Je pratique donc avec dextérité des gestes qui m'étaient parfaitement inconnus il y a 40 jours. Je me surprends à me dire que j'ai passé une bonne nuit car je ne le suis levé que 2 fois... C'est en ce sens où croire que est un CDD sauve un peu. 

Ce qui est fou par contre c'est ces conseils contradictoires entendus à droite à gauche. Que nos parents et nos amis parents aient des versions différentes, pourquoi pas. Mais que le personnel médical du même établissement nous sorte à 10 minutes d'intervalle un conseil puis son contraire exact est super déstabilisant.

Humour_Insolites_S_Occuper_de_Bebe_1_thumb[4]

Une autre chose est terrible: découvrir ces choses "dont on tait l'existence". On te dit bien vaguement "le plus dur c'est tant que bébé fait pas ses nuits", point. 

Puis quand tu parles de "coliques", régurgitations, ou autres problèmes de ce genre: "ah oui, évidemment, c'est normal, ça passera au bout de 3 mois" (je passe sous silence le merveilleux "couche qui déborde", car oui, c'est possible...)

Je comprends qu'on ne parle que du côté cool, mais ça à quand même été une surprise, surtout quand on te dit que les coliques, on peut rien faire. 

On sait donc envoyer un homme sur la lune, décrypter l'ADN, cloner des être humains, capter des galaxies hyper lointaines mais on sait pas soigner une colique, le truc "normal". 

Il paraît qu'on oublie tout ça passé les premiers mois, d'ailleurs, beaucoup font des petits frères ou sœurs au premier.  Ils doivent se dire: "Tant qu'à y être jusqu'au cou"