Cela fait un moment que ça me trottait dans la tête. J'y pensais depuis l'année dernière mais le fait de devenir papa fin août a fait passer cela au second plan.

Est-ce le retour de la NHL après la fin du lock-out en ce mois de janvier ? Ou le fait d'avoir parcouru quelques forum avec des résumés d'expérience assez sympa ? Je me suis décidé à franchir le pas.

Première étape: repérer les patinoires autour de Paris, si possible pas trop loin du domicile. Ensuite, étudier les clubs qui prennent des débutants. Enfin, regarder les horaires compatibles avec mon emploi du temps.

Une fois mon choix effectué (en l'occurrence le club d’Argenteuil), je téléphone au club, on me conseille d'envoyer un mail qui sera transmis à l'entraîneur de la section loisir.

Je regarde en parallèle l'horaire des séances publiques afin de me parfaire au patinage sur glace, et voir la différence avec celui sur route que je pratique régulièrement.

A mon arrivée à la séance publique, je me renseigne sur le hockey loisir, car je n'ai pas reçu de réponse à mon mail. L'entraîneur des juniors me conseille de venir le lendemain à l’entrainement loisir de 21h pour discuter.

J'arrive donc le lundi soir, l'entraîneur m'accueille sympathiquement et me propose de participer à la séance ! Ni une, ni deux, on me confie des patins de hockey, puis on m'emmène dans le vestiaire pour récupérer le reste de l'équipement.Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y en a. Moi qui ai fait du rugby, c'est de la rigolade a côté: Coque, plastron pectoral avec épaulières, culotte-short, coudières, genouillère-protège tibia, maillot, patins donc, casque, gants et crosse.
Soit finalement 14 éléments différents qui composent l'équipement du hockeyeur.

Tout n'était pas forcément à ma taille ni en très bon état, mais c'était déjà un bon début: j'étais enfin un hockeyeur sur glace !

galchenyuk

Le temps que je me harnache, tout le monde était déjà sorti du vestiaire. J'arrive donc à la patinoire et je me rends compte qu'’en fait d’entrainement, il s’agit d’un match ! Je comprends donc que le hockey loisir est une section plutôt orientée amusement pour des personnes ayant déjà pratiqué le hockey, mais moins adressé à des purs débutants, qui n’ont pas là l’occasion d‘apprendre les bases.

A peine arrivé au banc des joueurs, on me propose de rentrer. Wow, c'est rude mais après tout, il faut bien de lancer.
"Tu es ailier gauche". Encore heureux que je connaisse très bien le jeu, les postes et les règles. C’est allé tellement vite que je ne savais même pas dans quel but on marquait.

La première chose qui m'a marqué, c'est la différence fondamentale avec le patinage d'endurance ou même seul: en effet, ici, le patinage ne dépend pas de soi et de son intention, mais du jeu. Difficile donc d'anticiper les mouvements, il y a constamment des changements de direction. C'est très déstabilisant car on a l'impression de ne jamais patiner "confortablement". Et puis le patinage n'est plus la seule chose  sur laquelle il faut se concentrer, cela devient juste un moyen de se déplacer au service du jeu.

Première présence donc et une seule action: marquer l'attaquant adverse pour l'empêcher de déborder. Au bout de 2 minutes, on me fait signé de sortir: "on essaye de faire des présences d'une minute, 1'30 max". Ok. Premier mot d'encouragement: "c'est exactement ce qu'il fallait faire: marquer ton vis à vis".

Finalement, j'y retourne vite "défenseur droite" j’alterne entre  tous les postes, on me fait même faire 2 mises en jeu, que je remporte, la chance du débutant :)

J'ai bien tenté 2 tirs, mais c'est beaucoup plus simple à la télé. Mes tirs n'avaient aucune force et j'ai dû tomber lors du deuxième. Sinon, il faut constamment être vigilant, comme la fois où l'arbitre criait "pas encore" au possesseur du palet dans notre équipe et j'ai compris assez vite que c'était en raison de ma présence en zone offensive (donc hors-jeu).

Au final, une heure de jeu sympathique, beaucoup d'encouragements malgré mon niveau très faible. Un fait non négligeable : tomber sur la glace fait mal, j'en ai encore un bleu sur toute la cuisse. Les présences sur la glace sont intenses, et on sue très vite malgré la température très fraîche (3 degrés).

Cela fait bizarre à 31 ans d'être un pur débutant. J'ai déjà pratiqué a bon niveau le foot, le basket, le rugby ou le badminton. A chaque fois, on peut réutiliser ses acquis (la détente du basket en touche au rugby, la présence physique du rugby sous la raquette en basket ou au foot, les appuis du badminton pour le gardien de but au foot..).

Ici, tout est nouveau et des "anciens" de 20 ans de plus que moi m'éliminaient sans problème (ce qui n'aurait pas été le cas dans les autres sports cités, même étant débutant)

A la fin de la séance, discussion autour de boissons. On me dit que je peux tester encore quelques séances, histoire de voir si ça me plait, car le choix n’est pas anodin, vu le prix de l’équipement : un équipement neuf coûte 500-700€. La licence (275€) peut être proratisée, il faut juste rajouter la licence (75€), qui reste fixe.
Je me dis que je vais commencer avec du matériel d’occaz et que je m’équiperais au fur et à mesure. Il y a aussi des séances de vrai entrainement le samedi matin de 8h30 à 9h30 pour se perfectionner, je vais donc tenter aussi.

Au final donc une bonne expérience, j’ai hâte de faire ma 2e séance pour voir si je peux prendre plus de plaisir. Faisant par ailleurs déjà du basket chaque mercredi et du foot chaque samedi, je devrai abandonner ces 2 activités. Je me laisse donc 2 semaines pour savoir si j’attaque le hockey sur glace sérieusement dès cette année ou si je m’y mets définitivement  à la rentrée.