Cela fait plus de 20 ans que je porte des lunettes. Au début, une simple difficulté à lire le tableau depuis le fond de la classe. L'élève de 6e que j'étais découvre les lunettes, "à porter uniquement en classe, pour lire ou regarder la télé". Je découvre les termes myopes et astigmates.
l'arrivée des lunettes est un soulagement, ni trop contraignant, ni trop gênant, puisque je peux faire du sport sans souci.
10 ans plus tard, ma vue a évolué, en moins bien. Je dois porter des lunettes en permanence. Faire du sport devient compliqué.
Je découvre donc les lentilles. Cela m'a fait un double choc.
Le premier a été d'apprivoiser l'installation, en écartant les paupières et en collant un corps étranger sur ma cornée.
Le second a été de découvrir l'incroyable pouvoir de cet objet invisible qui remplaçait les lunettes. J'avais jusqu'à ce moment la l'impression qu'il était impossible de bien voir sans ce prisme correcteur qu'était le verre.
Malheureusement, je supportais de moins en moins bien les lentilles et ne pouvais les garder que quelques heures. Cela limitait leur usage à du sport et quelques soirées, bien choisies. Et les lentilles évidemment, d'abord mensuelles puis journalières, qui m'ont bien aidé même s'il y avait des contraintes.
Les lunettes étaient devenues de fidèles garde-chiourmes de mes yeux. Il n'y avait que l'été que je pouvais dissimuler cela derrière des lunettes de soleil corrigées.
Et puis j'ai entendu parler de l'opération des yeux au laser, petit à petit. Mais plusieurs obstacles se présentaient: anxiété, dangerosité, prix, risque..
Sauf que depuis quelques années, je remarquais de plus en plus d'amis, collègues ou proches qui y avaient eu recours... et en étaient très satisfaits.
J'ai donc posé des questions, lu quelques dossiers. Mais je n'osais sauter le pas.
Je ne sais plus ce qui m'a finalement décidé. Cela a fait son chemin petit à petit. La fin de ce cheminement a été un collègue qui l'avait fait très récemment et avait donc tous les renseignements: période idéale, temps, prix, remboursement mutuelle...
Ma décision était prise, et tout s'est emballé: je recueillais encore des adresses puis prenait finalement rendez-vous pour un test d'éligibilité à cette opération.
Une fois la batterie de test effectuée, j'étais déclaré apte, avec "une belle épaisseur de cornée". J'avais donc droit au lasik 100% laser.
J'avais rendez-vous 4 semaines plus tard. Parfait, car il vaut mieux éviter de faire l'opération l'été, l'œil étant plus photosensible après l'opération.
Que dire de l'opération ?
Un mélange d'envie et d'appréhension: on touche à mon œil quand même !
On me fait un dernier test rapide, puis on m'enfile une blouse légère, des protèges chaussures et une charlotte sur la tête. Je chausse une dernière fois mes lunettes. Arrivé dans la salle, on m'installe sur une sorte de fauteuil de dentiste (mais plus plat et incline) avec un creux pour la tête.
La suite ?
Quelques gouttes d'anesthésiant dans chaque œil, puis on me met les écarte-paupières. Ce n'est pas douloureux. Arrive une sorte de rond de serviette qui est placé sur l'œil. On me dit que cela va devenir noir, c'est le cas, puis de ne plus bouger, ce que je fais. 5 secondes plus tard, on s'occupe de mon autre œil: même procédé (l'œil "au repos" est bandé).
"Le plus dur est fait" me dit-on.
On revient au premier œil, où les écarte paupières laissent place à du sparadrap (me semble-t-il). On me dit de regarder la lumière verte au dessus et de la suivre, même si elle devient floue par moment. Je la suis pendant quelques secondes (17 paraît-il). Ce n'est pas fatiguant. Puis même chose avec l'autre œil. Voilà terminé.
Je me relève doucement et là, je m'aperçois que je vois beaucoup mieux. C'est certes assez trouble mais beaucoup mieux.
En salle de repos, un peu de boisson et de gâteaux me réconfortent.
Une demi-heure plus tard, je suis rapidement contrôlé et j'ai rendez-vous pour le lendemain.
Je ressors accompagné de mon père, et avec des lunettes de soleil.
Finalement, ça va plutôt bien, mais au milieu du trajet, je sens que le produit anesthésiant n'agit plus. Peu à peu, je ne peux plus ouvrir les yeux et des larmes affluent car j'ai une sensation de sable dans les yeux. Je ne vois plus rien, la lumière l'aveugle littéralement et l'aide m'est bien précieuse. Quelques gouttes dans les yeux, une sieste de quelques heures et la situation s'améliore progressivement.
Ce n'est que le lendemain matin que je me rends compte qu'il n'y a plus de séquelles de l'opération. Je vois parfaitement. Le contrôle le confirme: 10/10 !
Alors est-ce à faire ?
Je réponds oui sans hésiter, car l'opération n'est absolument pas douloureuse, elle est courte et mis à part 2-3h à pleurer, cela se passe très bien.
Il y a certes le prix (jusqu'à 3000€ selon la méthode) et des gouttes à mettre 4 fois par jour pendant 3 semaines et des coques à porter la nuit pendant une semaine, mais c'est peu de choses comparé au changement radical que cela apporte: pour moi, l'impression de porter des lentilles en permanence.
Il s'agit d'ailleurs d'une impression étrange: la même que lors du port de mes premières lentilles. Je me demande comment je peux voir "naturellement", sans verre devant moi. Je me surprends à me dire qu'il faut que j'enlève bientôt mes lentilles car je ne pouvais pas les garder longtemps et je considérais mon temps à porter des lentilles comme du temps "minuté".
Bref, un vrai changement !

PS: ce post n'est pas sponsorisé ;)