On entend souvent dire que la France n'a aucune chance de gagner l'Eurovision, qu'on ne veut pas la gagner et qu'il ne sert à rien d'y participer si on ne gagne pas. belle mentalité !
On voit ainsi fleurir les articles tous plus défaitistes les uns que les autres, qui égrennent toutes les raisons pour lesquelles nous n'avons aucune chance:
en 2013: http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/pourquoi-la-france-est-elle-aussi-nulle-a-l-eurovision_327574.html
en 2014: (avant) http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20140509.OBS6668/eurovision-pourquoi-la-france-ne-gagne-jamais.html
(après la finale) http://www.lefigaro.fr/vox/culture/2014/05/12/31006-20140512ARTFIG00182-eurovision-je-ne-vois-pas-pourquoi-la-france-s-obstine-a-participer.php

Pourtant, en y regardant de plus près, ces critiques ne sont pas fondées. Je vous propose de les passer en revue.
Les copinages géographiques
Certes, les pays scandinaves ou les ex-satellites de l'URSS ont le vote prévisible, mais si cela suffisait, nous aurions toujours les mêmes gagnants. Avoir un certain nombre de points "gagnés d'avance" peut aider, mais cela ne fait pas gagner.  Depuis 2001, 15 pays différents ont remporté le concours..
Si les autres pays ne votent pas pour nous, c'est surtout car nos chansons ne leur plaisent pas !
Les pays directement qualifiés pour la finale sont mal vus
Les 5 plus gros contributeurs financiers sont directement qualifiés, à savoir l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l'Italie et l'Espagne.
Ces pays n'ayant pas à disputer les demi finale auraient un double désavantage: ne pas bénéficier d'une exposition "sur scène" lors des demi-finales, et donc une moindre chance de faire rentrer la chanson dans les têtes.
La seconde serait que les autres pays seraient jaloux et boycotteraient ces pays la dans leurs votes en finale.
Pour le premier argument, on peut facilement rétorquer que des extraits sont présentés à la fin de chaque demi-finale ce qui permet de toucher la totalité des pays quand une participation en demi finale ne permet de toucher que la moitié de ces pays. Enfin, cela offre plutôt un avantage: l'effet de surprise de la mise en scène, qui n'aura pas été dévoilé en demi finale.
Le second argument est contredit par la deuxième place de l'Italie des son retour en 2011 (Raphael Gualazzi). Et que dire de l'Allemagne qui a gagné en 2010.
Il faut chanter en anglais
Certes, les gagnants chantent souvent en anglais...  surtout car ils ont statistiquement plus de chances de gagner puisque c'est la langue de la majorité des participants ! Cela dit, c'est oublier un peu rapidement qu'une chanson en serbe a gagné en 2007 et en ukrainien en 2004 par exemple. Sébastien Tellier chantait en anglais en 2008 et a terminé 19e/25.
Il faut oser sur la mise en scène
La France mise souvent dessus, mais cela ne marche que si la chanson est déjà bonne à la base. On peut ajouter autant de danseurs ou acrobates sur scènes que l'on veut (Anggun en 2012), mettre des effets pyrotechniques, cela ne transformera pas la chanson en hit.
A la fin de la chanson d'Anggun, le présentateur français résumait la prestation  "allez, ça mérite 12 points, au moins pour les danseurs"
On ne veut pas le gagner
Je ne comprends pas cet argument: organiser ce concours coûterait trop cher... Au contraire, la France étant déjà un des plus gros contributeurs financiers sans en avoir les retombées (demi finale sur France ô, seule la finale fait une audience correcte), cela permettrait de mettre enfin l'accent sur cet événement en France: montrer sa modernité par exemple.
Car l’eurovision n'est plus cet événement kitsch et sans moyen, mis un spectacle avec beaucoup de moyens et des effets visuels dépassant largement ce qu'on peut voir en France en prime time.
Par ailleurs, cela entraînerait un afflux de touristes pour l'événement en lui-même et l'été suivant: l'eurovision est une formidable vitrine du pays auprès de tout le reste de l'Europe (les mini clips touristiques entre chaque chanson sont autant de publicités). Enfin, cela ferait également revenir les téléspectateurs français devant l'événement annuel le plus regardé au monde (devant le superbowl, allant jusqu'à 80% de pda en Suède ou au Danemark), qui fait des émules jusqu'en Australie, invitée d’honneur cette année car particulièrement fan de l’émission.
Il faut être hyper original ou kitsch pour gagner
On nous ressort souvent l'exemple de Lordi en 2006, et depuis l'année dernière de Conchita Wurst. Pourtant, il s'agit de 2 arbres qui cachent la forêt. En étudiant les gagnants depuis 10 ans, on se rend compte qu'ils sont très... classiques:
Une chanteuse pop grecque en 2005
Une chanteuse de ballade serbe en 2007
Un chanteur pop russe en 2008
Un minet au sourire ravageur faisant du violon norvégien en 2009
Une chanteuse pop allemande en 2010
Un couple chantant une ballade de guimauve azéri en 2011
Une chanteuse pop électro suédoise en 2012
Une jolie jeune fille danoise qui chante une ballade en 2013
Les extravagants ou les kitschs font rire mais passent rarement les demi-finales: dustin la dinde irlandaise en 2008, les crameurs de platine bulgares toujours en 2008...
Nos fatals picards, Jessy Matador, Sébastien Tellier ou twin twin étaient tous originaux et/ou extravagants et ont pourtant eu des classements assez mauvais. Au contraire de Patricia Kaas qui était tout en classe, émotion et sobriété qui finit 8e en 2009.
Il y a un "format" Eurovision, qu'on ne suit pas
Des rockers finlandais (2006) au minet norvégien avec son violon (2009), de la pop électro suédoise (2012) à la ballade serbe (2008), peut-on vraiment dire qu'il existe un format gagnant ?
Alors, que faut-il faire pour gagner ?
Tout d'abord, avec plus de 30 participants chaque année et un seul élu, il n'y a aucune injustice à ne pas gagner vu la concurrence. Terminer dans le top 10 est déjà une belle performance !
Une inspiration possible est la Suède et son melodifestivalen: une sorte d'Eurovision suédois qui permet au gagnant de reprensenter le pays. Ils vont même jusqu'à mettre un jury international pour maximiser le choix idoine du bon concurrent. Des stars assez connues y participent chaque année.
Si on reste sur notre mode de choix français actuel (très opaque et arbitraire), il n'y a pas 50 façon d'y arriver: avoir une bonne chanson !
Une chanson entraînante, facile à retenir, positive et joyeuse, assez classique dans sa conception.
Pour l'accompagner, une mise en scène adéquate, qui ne desservent pas la chanson (en prenant le pas sur la partie musicale par ex).
Conchita Wurtz n'aurait jamais gagné si sa performance vocale n'avait pas été si forte. Les réactions du public sur place semblait témoigner de l'émotion ressentie par la performance sur scène, celle qui a justifié les votes. Bien évidemment, sa particularité physique était sa mise en scène et a permis de mettre en avant la chanson.
Autre solution, plus radicale: acheter des votes dans les petits pays pour gagner, méthode azérie 2011, mais nous valons mieux que cela :)
PS: un bel article belge de 2012 sur pourquoi regarder l'eurovision: http://www.courrierinternational.com/article/2012/05/22/pourquoi-regarder-l-eurovision