Hier soir avait lieu une execution, et je ne savais même pas que j'étais la victime.
Réunion à 17h30 avec n+2, la fameuse qui m'avait mis un coup de pression en juillet.
Donc elle, moi et deux consultants (et ma n+1.. absente) qui devaient nous présenter les dernières avancées sur une réflexion de notre projet.
Le programme est simple: ils nous présentent leurs slides, et nous, on leur dit ce qui va ou pas, si on est d'accord ou pas.
Ils nous ont quand même envoyé le doc 15 min avant le point, mais je n'ai eu le temps que de le récupérer et de l'imprimer puisque j'étais moi-même en réu avant (pour remplacer ma n+1 absente..).

C'est le première fois que je suis en réunion avec n+2 depuis ce fameux coup de pression de juillet, c'est l'occasion idéale pour elle de m'avoir sous la main et de me tester. Je me dois donc d'être bon dans mes remarques. Mais elle me prend totalement de cours. Alors que le consultant commence à présenter les slides, elle dit: "non, ce n'est pas toi qui va nous présenter ces slides, ça sera Fiörgyn !".
(intérieurement: "hein, euh, hein, mais je l'ai jamais vu cette prèz, s§ù!¨$µ !)
Ok, donc je commence à dérouler les slides tant bien que mal, il y en avait quand même 39..
Le problème, c'est que:
1- je suis surpris
2- je suis un peu hésitant
3- aucune chance de faire une reco
Or, ce qui devait arriver arriva, à un moment où ils parlent d'une prez envoyé par des tierces personnes: "et toi Fio, tu en penses quoi de ça ?"
(intérieurement: "que je parle d'une autre prez pas vue ? euh..")
Bref, l'execution continue, j'arrive quand même à leur placer des infos intéressante sur la concurrence (et qu'ils ne connaissaient visiblement pas), vu que je fais un gros benchmark de la concurrence en ce moment.
La réunion se termine, elle me retient.
Mince.
"Fio, il faut que je te dise quelque chose, tu dois t'améliorer, tu peux pas être hésitant comme ça, tu n'as apporté aucune valeur ajoutée à la prèz, tu n'as fait que lire les slides, tu aurais dû directement en sortir l'essentiel. Et puis c'est bien gentil de parler de la concurrence, mais faut nous dire ce qu'on fait NOUS"
(j'allais pas lui dire: "t'es gentille, mais j'ai découvert le truc en direct [comme toi], et je vous ai appris des choses, je disais d'ailleurs faisons aussi bien que Truc ou Bidule, s'étalonner, c'est la base)
Car elle a enchainé:
"regarde moi, je dois souvent présenter des choses que je découvre, on me challenge dessus"
(oui, mais t'es n+2, t'es une communicante, et t'as un salaire deux fois plus élevé que le mien et t'as presque 15 ans d'expérience)
"tiens, viens là consultant junior, rentre, et dis moi, depuis combien de temps t'es sorti d'école, tu es ici chez XXXX, et que tu es sur le projet ?"
réponses: 2007-18 mois-12 mois
pour moi: 2007-18 mois-6 mois
mince, attaque ratée, n'empêche, elle s'est evertuée à me montrer devant eux combien j'étais moins bon communiquant, combien je devais m'améliorer etc
Il était 20h, après 20 "oui", 32 "ok", 40 "c'est très clair", j'ai enfin pu sortir.
Au final, je vis que j'ai déjà pris de la bouteille, car au lieu de m'affecter profondément, ces remaruqes vindicatives me sont passées par dessus. Je ne les ai pas oubliées, mais elles m'ont moins fait mal que j'aurais pu croire (comme il y a 2 ans).
Maintenant, c'est quand même chiant, mais bon, je n'ai rien à me reprocher, donc à moi d'être juste un peu meilleur dans le pipeau de la comm' en entreprise..